Monthly Archives

octobre 2016

Coup de coeur Digital-émois

Désobéir, c’est réfléchir : n’est-ce pas les marketers ?

 

Emmanuel DIAZ, militant de l’insurrection en entreprise

Un matin, tu tombes sur une vidéo et c’est la révélation.

Réfléchir, c’est désobéir : c’est donc cela ….

A une époque ou le marché était prévisible, le travail  en entreprise l’était également. Les collaborateurs savaient ce qu’ils avaient à faire, on maitrisait le livrable et sa dead line. Dans ce contexte là, les entreprises ont développé des processus, des méthodes orientées sur la performance, la cadence et la qualité. Le role du collaborateur est alors de délivrer vite avec peu de réflexion.

Oui, mais ça c’était avant.

Dans un monde devenu imprévisible, où il faut sans cesse inventer, où il faut challenger les statu quo, où le marketing doit se projeter pour imaginer les nouvelles pratiques des consommateurs, les nouvelles habitudes de consommation …. suivre les processus n’a plus beaucoup d’intérêt. Il faut laisser les collaborateurs à potentiel secouer l’organisation.

Globalement dans les entreprises le potentiel d’insurrection est très mal utilisé. L’organisation l’étouffe et ne le laisse pas s’exprimer. Pourtant a priori c’est pour cette capacité d’insurrection, que les profils à potentiel sont recrutés : réfléchir, c’est déjà désobéir.

Pour qu’un marketing soit inventif, créatif, en phase avec l’évolution permanente de son marché et répondre aux nouveaux comportements de ses consommateurs : il doit désobéir !

Une fois le cadre global donné, la vision posée et partagée, il faut pour ce qui relève de la stratégie, de la tactique et des opérations, laisser les collaborateurs prendre des initiatives et sortir des process. Si l’entreprise n’est pas prête à cette part de défiance, il est préférable pour elle de s’entourer de personnes dépourvues de capacité de réflexion ! ‘Recruter des imbéciles coute beaucoup moins cher, encore que certaines entreprises sont entourées d’imbéciles qui coutent chers !’ Emmanuel DIAZ

Il faut cesser l’infantilisation des équipes, il faut recruter des collaborateurs pour ce qu’ils sont capables de casser dans l’entreprise,  pour leur capacité à déranger et ensuite les juger sur les résultats et sur leur capacité à fédérer !

 

Scoop.it

Salaires marketing 2017 : c’est l’effervescence

digital-emois.fr

Salaires en hausse, offres supérieures à la demande …

Les clignotants sont au vert pour certaines fonctions du marketing digital mais les postes se complexifient.

Le rapport entre la technologie et l’analyse de données influence de plus en plus l’évolution des fonctions du secteur digital dans son ensemble et du marketing digital en particulier.  » Les postes qui nécessitent des compétences en chiffres et en capacité d’analyse afin de comprendre le comportement des consommateurs et d’affiner les stratégies ont le vent en poupe « , explique Christophe de Bueil, manager de la practice digital chez Robert Half.

En savoir plus Ici

Sourced through Scoop.it from: www.e-marketing.fr

Regard

Vincent Montet : étude IAB 2016 – la fin du marketing digital

Intervention  de Vincent MONTET au Hubforum d’octobre 2016

Vincent Montet – Directeur du MBA Spécialisé Digital Marketing & Business (MBA DMB) et membre du conseil d’administration de l’IAB France

Cette intervention de Vincent Montet au Hubforum 2016 est à visionner absolument par tous les marketers et – ce serait là une excellente démarche – par les direction RH (formation et recrutement). La présentation de la dernière étude IAB permet de bien cerner les mouvements actuels que subissent les entités marketing.

Pour moi, qui suis en pleine rédaction d’une thèse pro sur le sujet, l’intervention de Vincent Montet est désarmante : en 8 minutes, il résume ma vision et l’état de mon art ! Mais sa présentation est également hyper rassurante : elle me conforte dans mes travaux actuels et dans mon rôle de manager.

Une étude faite pour moi

Je me sens totalement en phase avec les résultats de cette étude : elle est faite pour moi ! Pour m’aider dans mes écritures universitaires mais surtout pour m’accompagner en tant que pro #InRealLife. En tant que dirmarket, j’ai effectivement accompagné la spécialisation des collaborateurs en marketing digital, et je ressens bien aujourd’hui après cette phase d’hyper spécialisation, ce besoin d’un middle management transverse avec cette ultra nécessité de collaboration. Il n’y a plus désormais plus de marketing Digital, mais du marketing tout simplement.

A mes yeux, il manque toutefois dans cette étude une tendance de fond (peut-être ai-je un coup d’avance !) c’est l’inévitable émergence des martech, avec en tout premier plan de Chief Marketing Technologist.

Les possibilités et les attentes en termes d’expérience client ne cessent de croître et  les outils marketing explosent. Le marketing dispose d’ailleurs aujourd’hui de l’éventail de solutions logicielles le plus vaste jamais observé dans l’histoire de l’informatique. Cette tendance place le marketing à la croisée entre son propre champ d’action et celui des technologies de l’information. Mais faute d’une parfaite compréhension entre les fonctions marketing et les enjeux informatiques, cette alliance est impossible. En ce sens, le Chief Marketing Technologist est un relais entre le marketing et les technologies de l’information.

Trois points en revanche que l’étude met en avant et dont je suis totalement convaincue (mon entourage profesionnel m’en est témoin) :

  • l’indispensable investissement dans son Personal Branding pour tout marketer (vite à mon Klout !)
  • l’importance de faire, pour comprendre : point de stratège sans ‘doers’
  • la nécessité d’entretenir une double vie : un projet pro perso en plus de son poste actuel

 Points principaux du baromètre 2016, des réponses concrètes et chiffrées

Pour rester à la pointe de leur expertise, les marketers et communicants doivent désormais intégrer 3 nouveaux enjeux :

la Vision Stratégique, la Collaboration et le Savoir- être digital.

La fin du marketing digital a sonné. En effet, son importance décroit dans l’ensemble des secteurs. Les quatre compétences jugées essentielles l’an dernier ne changent pas et se renforcent :

• La gestion de projet 80 % (versus 73% en 2015)

• Les leviers de performance 68 % (62%)

• La maîtrise des outils d’analyse 63% (59%)

• Le Social Media 61% (54%)

Deux nouvelles compétences à maitriser font leur entrée dans le TOP 10 : le marketing automation (36%) et la connaissance des méthodes UX (29%) ainsi que  deux nouveaux métiers : le data miner et analyst 82% ( en plus des data scientist et chief data offcier ) et L’UX designer pour 56 %.

Question formation, les professionnels interrogés mettent en première place la pratique, l’expérience acquise sur les projets. Le « ON THE JOB » est largement dominant à 56 % comme l’an dernier. Au delà, ce sont les séminaires ou les MOOC qui sont jugés les plus pertinents.  64 % des répondants jugent la Certification des outils (Google adwords, Facebook ads, …) plus importante que les certification homologuées RNCP (44% RNCP).

Régulièrement citée comme une transformation majeure du travail, l’intrusion dans la sphère personnelle de l’activité professionnelle est aujourd’hui acquise. pour la première fois révèle l’importance d’un mouvement nouveau :  43% des professionnels du marketing/communication digital déclarent mener un projet professionnel personnel dissocié de leur activité actuelle !

Retrouvez l’étude complète sur le site de l’IAB France

Scoop.it

Marketing classique vs Marketing digital : la fin des clivages

digital-emois.fr

Deuxième édition du baromètre IAB France.

Dans une approche customer centric, l’approche multicanal et multi supports brise les anciennes frontières des spécialités, tout en étant génératrice de nouvelles compétences. (…)

Face aux nouveaux métiers, il y a une réelle nécessité de savoir-être digital, au delà du savoir-faire. Et qui dans l’expérience, n’est pas transmis aujourd’hui par les formations.

Au-delà de compétences, on cherche des qualités

Curiosité, connaissance des technologies, appétence pour les techniques sans être un ultra technique ; le tout saupoudré d’un esprit analytique, de veille aiguisée et d’initiative caractérisée, fait partie intégrante des talents qui peuvent être recherchés et qui sont parfois difficiles à recruter.

Ce sont des profils qui savent imaginer les potentiels à jongler entre un temps technique et un temps social donné (vu qu’il existe toujours une dichotomie entre les deux, dans l’assimilation des technologies). Ils ont donc cette philosophie digitale.

En savoir plus ICI

Sourced through Scoop.it from: visibiliz.com

Scoop.it

Transformation digitale: Quel impact sur les métiers marketing ?

Les évolutions technologiques bouleversent profondément les métiers marketing d’aujourd’hui. Dataminer, growth hacker ou UX designer…  autant de fonctions nouvelles qui illustrent cette évolution rapide du secteurL’Interactive Advertising Bureau France (IAB France) présente les résultats du deuxième baromètre sur les métiers et les compétences de la transition digitale dans le secteur du marketing et de la communication.

Elle s’adresse aux jeunes diplômés, aux cadres en activité, aux RH mais aussi aux managers métiers et aux organismes de formation.

Synthèse de l’étude et infographie : ici 

Sourced through Scoop.it from: linkis.com

Scoop.it

Le marketing digital est-il data dépendant ?

La révolution data permet de cibler plus efficacement les consommateurs avec du contenu en parfaite adéquation avec leurs attentes. La data est partout, à toutes les étapes du parcours d’achat, traçant de manière systématique et constante les moindres comportements d’un consommateur, à la fois dans ses usages mais aussi, et surtout, dans ses rapports aux messages qui lui sont adressés.

La  data ne transforme pas seulement les stratégies marketing, elle transforme les organisations en général et le business en particulier.

Sourced through Scoop.it from: www.hbrfrance.fr

Scoop.it

HUBFORUM : Jamais sans mon bot

T’as des bots mon pote, ils me bottent

Un publicitaire des années 80 aurait pû gagner des millions avec un slogan un type « le bot ça nous botte ». Mais les chatbots n’existaient pas alors il travaillait pour des marques de chaussure ou de fromage.

35 ans plus tard, les directeurs du marketing font les yeux doux à ces étranges machines appelées à transformer de fond en comble la relation client mais aussi la manière de travailler des entreprises.

Ce ne sont pas les envahisseurs qui obsédaient David Vincent dans une série télévisée de science-fiction, mais ils sont partout quand même. Ils, ce sont les chatbots ou, si vous préférez, les robots conversationnels, véritables vedettes de la première matinée du HubForum, l’événement fréquenté par le tout-marketing.

Du hackathon d’Arte au test and learn version SNCF, c’est par ICI

Chatbot en infographie

 

Sourced through Scoop.it from: www.usine-digitale.fr

Digital-émois Regard

Arnaud Bouchard – CMO demain : expertise ou ouverture

Faire sa place dans le fauteuil du CMO de demain

Arnaud BOUCHARD – Senior Vice President, Head of Digital Customer Experience – Capgemini Consulting

La transformation des directions marketing oriente vers un CMO chef d’orchestre. Pour exister dans ces nouveaux modèles, le CMO doit s’adapter et développer de nouvelles compétences. Le monde du digital est un monde d’expertise, d’ultra-spécialistes. Le marketer n’a en définitive que deux alternatives pour exister.

1/ Devenir une star, un incontournable dans une discipline, une référence dans un domaine hyper-spécialisé. 

2/ Acquérir une vision très étendue du marketing. Développer des capacités à interagir avec un écosystème beaucoup plus large qu’aujourd’hui. Le CMO va caractériser la connaissance clients. Cela à travers la maîtrise des données de connaissance clients et des outils d’interaction avec le client en quasi temps réel.

Le CMO impacte alors tous les acteurs de l’entreprise à commencer par les commerciaux, la supply chain, la direction financière. Le marketer doit être dans une logique d’ouverture et d’influence. 

Son conseil aux marketers :

Faire 2 stages. Un dans une boite un peu poussiéreuse et voir comment ils fonctionnent et un dans une boite genre start up ou dans une entreprise qui a totalement basculée dans le digital  […] les Digiratis (entreprises dopées au numérique) observer les deux environnement pour réaliser à quel point il y a un décalage !

Il faut le vivre pour le réaliser à quel point on est largué !

Digital-émois Regard

Le néo-marketing vu par les marketeurs en infographie

digital-emois.fr

Transparence, pression du résultats, omniprésence de la data

L’étude RocketFuel (l’un des leaders du marketing programmatique), au mois d’aout 2016 auprès de 324 professionnels du marketing européens  vise à mieux comprendre comment les marketeurs appréhendent les mutations auxquelles ils font face dans leurs fonctions.

On y apprend ainsi notamment que pour 70% d’entre eux, la transparence devient plus importante pour réussir alors que pour 93% des professionnels du marketing européens, la pression du ROI sur les responsables de compte est plus importante que jamais. De même, 60% soulignent qu’il devient difficile de choisir les métriques de réussite de la campagne.

Les parcours clients restent à travailler, pour les transformer en  véritable relation, continue et pertinente. La vue unifié du client va demander encore quelques investissements :

  • 6 marketeurs sur n’utilisent toujours pas de vue unique du client pour mener leurs campagnes
  • 1 initiative marketing  5 est basée sur les individus plutôt que sur les devices

Découvrez la synthèse de cette étude en infographie :

  • digital-emois.fr

Rocketfuel_infographie_marketing

Coup de coeur

Client centric : allo, quoi ?!

Priorité à l’expérience client.

On n’est tous client centric, non ?

Les consommateurs exigent des interactions de plus personnalisées avec les marques, à travers les technologies et les canaux d’interaction client.

Dans le futur, les organisations devraient songer à nommer un responsable de l’écoute. Cette personne aurait vocation à écouter ce qu’expriment réellement les clients et à comprendre leurs comportements sur le web, via les technologies mobiles, les réseaux sociaux mais aussi dans le monde « réel ».

En attendant, l’arrivée du Responsable Ecoute et la transformation de notre traditionnel marketing BtoB et BtoC en BtoH (Business to Humain), voici une petite video qui rappelle que – parfois – le monde réel va son propre rythme !